Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
hamburger overlay

Comment luttez-vous contre les préjugés sur les diabétiques?

Chaque jour, partout dans le monde, des diabétiques se sentent exclus et traités différemment parce qu’ils ont du diabète. Comment pouvons-nous changer les choses et supprimer les préjugés sur les diabétiques ? La manière dont nous sommes traités en tant que diabétiques peut nous donner une image négative de nous-mêmes. Cela peut nous empêcher de vivre avec notre diabète, car nous préférons que nos amis, notre famille et notre environnement ne le sachent pas. La manière dont est perçu le diabète influence malheureusement toujours notre comportement. Selon les prévisions, le nombre de diabétiques devrait augmenter partout dans le monde pour atteindre 522 millions d’ici 10 ans. Le temps est venu de voir comment nous pouvons lutter contre les préjugés qui peuvent parfois provoquer du désespoir, de la solitude et de la frustration.

Des préjugés dans le monde entier

Les préjugés sur cette maladie chronique de plus en plus fréquente ne sont pas seulement présents dans une certaine région du monde. Ils sont présents partout. Toutefois, les convictions et les croyances culturelles peuvent varier d’une région à l’autre. Des thèmes principaux sont ressortis d'une étude portant sur ces préjugés. Si vous êtes diabétique, vous êtes malade ou handicapé(e) et vous allez donc mourir rapidement. Un(e) diabétique n’est pas une personne bonne à marier. C’est de votre faute et vous pouvez guérir grâce à une alimentation adaptée. Le diabète est contagieux.

Un jour, une personne a entendu que j'étais diabétique, et elle m’a répondu : « Oh, je ne le savais pas, pourtant tu as l’air en bonne santé ». Cela revient presque à dire que si vous êtes diabétique, vous êtes malade ou handicapé(e). Mais de manière « plus polie ». Dans de nombreux pays, les stigmates sont bien plus graves qu'un simple problème de santé. Certaines personnes utilisent même le terme « arrêt de mort ». Une participante à une étude a raconté que certaines personnes croyaient pouvoir prédire sa mort prématurée en disant : « Tu es très malade ! Tu vas bientôt mourir ; tu ne vivras pas longtemps. » En fait, tout cela est faux. Les diabétiques doivent connaître leurs limites - au sujet de l’alimentation et des activités - mais cela ne veut pas dire qu’ils ne peuvent pas avoir une longue et belle vie.

Ce n’est pas une personne bonne à marier

Dans de nombreuses cultures asiatiques, se marier et avoir des enfants est un obstacle pour les diabétiques. Ce sont surtout les femmes diabétiques qui sont considérées comme des femmes qui ne sont pas bonnes à marier. Les gens considèrent également qu’être diabétique est un signe d’incapacité physique. Les hommes expliquent qu'ils ne peuvent pas assumer le « rôle de la femme » dans la famille et qu'ils auront des problèmes pour avoir des enfants. Ou que ces femmes peuvent transmettre le diabète à leur enfant. C’est un facteur de stress important en Inde, où les enfants, principalement les filles, font face à des préjugés sociaux et « ne sont pas demandées en mariage ».

Des marchandises invendables

Une collègue m'a raconté comment elle a découvert qu'elle était diabétique alors qu'elle rencontrait des difficultés à tomber enceinte. Dans sa culture, c’est un phénomène fréquent chez les femmes diabétiques. Il s’agit même d’un problème très récurrent dans sa famille. Et dans certains cercles, les diabétiques sont perçus comme des « marchandises invendables ». Elle tente de rester positive et de se concentrer sur sa santé. Pour elle, c’est le plus important. Elle cuisine pour sa famille et prépare un autre plat rien que pour elle et boit de l’eau au lieu d’une limonade sucrée. Elle a également pris la décision de participer moins souvent à certaines activités de groupe au boulot. Ce sont toutes des décisions qu’elle prend pour préserver sa santé et pouvoir la contrôler. Malgré tout, elle fait de son mieux pour informer sa famille, ses amis et ses collègues sur la cause génétique de son diabète et sur les raisons pour lesquelles ses choix sont si importants.

Tu ne peux t'en prendre qu'à toi même

Dans certains pays tels que l’Iran, l’Australie, l’Irlande et les États-Unis, le diabète est considéré comme une maladie qu’on s’inflige à soi-même et qui est due à une suralimentation et/ou au résultat de son propre comportement. Dans ces pays, le diabète est souvent considéré comme une maladie qui touche les personnes paresseuses, en mauvaise santé, obèses, sédentaires et qui ont un trouble de l’alimentation. Pire encore, dans certaines cultures latino-espagnoles, le diabète est considéré comme une punition de Dieu. Dans certains pays asiatiques, les gens croient que le diabète est une maladie contagieuse. Ils ont peur « d’attraper le diabète ». Les autres personnes remarquent souvent le traitement nécessaire à la gestion du diabète. Par exemple, lors du repas à certains moments de la journée ou en raison des restrictions alimentaires. Cela peut également alimenter les préjugés.

En règle générale, le diabète est une pathologie difficile, complexe et comportant encore de nombreuses fausses croyances. C’est ce que j’ai remarqué lors de ma dernière visite chez le podologue pour mon examen annuel des pieds. C’était la troisième fois que je me rendais au même endroit pour mon examen. Mais à chaque fois que le personnel assistant découvrait que j’étais diabétique, j’entendais des remarques que j'aurais pu trouver offensantes. Le genre de remarques que j’entendais était : « mais tu as l’air jeune et en bonne santé ». Ainsi que « oh, vraiment ? Mais on ne dirait pas que tu es diabétique ». Cela peut conduire à des sentiments partagés et à des interrogations sur la manière de réagir. Lorsque cela se produisait, je devais faire un choix. Soit je me sentais offensée et en colère, soit j’en profitais pour leur apprendre quelque chose. J’ai opté pour la seconde solution.

Que puis-je faire ?

Je n’ai qu’une voix et vous aussi. Mais si nous décidons d’unir nos voix et d'informer la population sur la complexité de cette pathologie, nous augmenterons alors nos chances de pouvoir commencer à supprimer les mythes et les stéréotypes sur les diabétiques. Nous expliquons les causes et les éléments déclencheurs potentiels, les innombrables raisons de l'augmentation ou de la diminution du taux de glycémie dans le sang, ainsi que ce que l'on ressent lorsque l'on fait notre maximum et que l'on n’arrive pas obtenir les résultats escomptés. La leçon que j’essaie d’apprendre à ma fille est la suivante : « S’il doit en être ainsi, alors, c’est à moi d’agir. » Comme disait Gandhi : « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. » Pensez à ce que vous pouvez faire vous-même. Et vous découvrirez que NOUS pouvons réaliser de grandes choses. Ensemble.

Par Stephanie Swaim

 

Restez informé grâce à notre newsletter

Veuillez tout savoir sur le diabète & des conseils concernant vivre avec le diabète? Inscrivez-vous à notre newsletter !

s'inscrire

Share

Filed under: